Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

REGARDS SUR ISTRES ET ENTRESSEN

REGARDS SUR ISTRES ET ENTRESSEN

Vie de la Cité, patrimoine d'ISTRES et ENTRESSEN


La crèche, voyage au coeur d'une tradition ancestrale

Publié par REGARDS SUR ISTRES ET ENTRESSEN sur 16 Décembre 2015, 20:39pm

La crèche, voyage au coeur d'une tradition ancestrale

Petit tour d'horizon de l'Histoire de la Crèche de Saint-François d’Assise à nos jours.

Devenue une tradition populaire au fil des siècles, la crèche est ancrée en nous et ne contrevient en rien à la notion de Laïcité, valeur forte de la République qui fait aujourd'hui débat alors même qu'elle est admise sans conteste depuis 110 ans.

La présence d’une crèche dans un espace public n'a absolument rien de choquant  car cette forme de représentation de la Nativité est tout simplement une tradition populaire où la tradition transcende depuis belle lurette l'aspect purement religieux.

Bonnes fêtes de fin d'année et un très Joyeux Noël

Jocelyn PLANELLES

 

De l’Italie à la Provence

Une nuit de 1223, à Greccio en Italie, St François d’Assise fit préparer une crèche vivante dans une étable (crèche vient du latin Gripia = mangeoire). Il y installa un âne, un bœuf et convia chacun à célébrer la Nativité. Cette tradition gagna toute l’Italie, et dès la fin du XIIIème siècle la Provence.

Des crèches d’églises aux crèches familiales

Aux personnages de la Nativité (Sainte-Famille…) viendront s’ajouter les bergers puis au XIXème siècle les personnages populaires. Fin XVIIème, pour faire reprendre le chemin des églises aux fidèles qui les avaient désertées suite à la Réforme protestante, les crèches d’églises se multiplient. De personnages en bois sculpté et doré, on passe à des figurines en carton-pâte, en liège, en mie de pain, en cire ou en fil de fer (revêtu d’étoffes) ou bien encore en verre filé et porcelaine.

Fin XVIIIème, les crèches publiques apparaissent en Provence, elles mettent en scène des marionnettes.

Les crèches familiales quant à elles vont se développer à la Révolution. En effet, la suppression de la messe de minuit en 1789 et la fermeture des églises en 1794 n’arrêtent pas la ferveur des Provençaux qui fabriquent chez eux des « crèches publiques » qu’ils font visiter moyennant « deux sols ».

Les « Santons de Provence » et leur symbolique

Après les « Santi Belli » de la région de Naples (« beaux Saints » en Italien), les santons de Provence « Santoun » (« petits Saints » en Provençal) firent leur apparition fin XVIIIème. Le premier moule fût réalisé en 1797 par le Marseillais Jean-Louis Lagnel.

La crèche devient la parfaite représentation du village provençal avec son pont, son moulin, ses métiers…

Ainsi, autour de la Sainte Famille, de l’âne et du bœuf, et du « Nistoun » (enfant Jésus) le 25 à minuit, on retrouve :

- L’ange « Boufareu » qui s’époumone à répandre la bonne nouvelle

- Les bergers, premiers témoins de la naissance de l’enfant divin

- Les Rois Mages : Melchior, Balthazar et Gaspard, qui représentent les trois continents connus à l’époque (Europe, Asie, Afrique). Ils arrivent guidés par l’étoile mystérieuse le 6 janvier, jour de l’Epiphanie et apportent : l’or, l’encens et la myrrhe

- Le meunier, la marchande de poissons, la laitière, la fileuse (métiers portant les offrandes)

- Le Ravi (protégé des fées) qui lève les bras au ciel (placé devant, il porte-bonheur)

- Le Pistachier, garçon de ferme un peu simplet

- L’Aveugle (qui retrouvera la vue le soir de Noël) et son fils

- Le Remouleur (« L’amoulaïre ») aiguise sur sa meule les couteaux. On lui remplit la gourde de vin en guise de paiement (il arrêtera de boire le soir de Noël)

- Les vieux Jourdan et l’acariâtre Margarido qui retrouvera un bon caractère le soir de Noël

- Les vieux Grasset et Grasseto, couple tendrement uni et sentimental

- Le Bohémien (« Boumian »), qui représente les gens du voyage. Il est mis en référence au pèlerinage biannuel des Saintes Maries de la Mer où il vient adorer Sara la servante noire

Enfin, il y a également les anachroniques :

- Le Maire en costume d’apparat, ceint de l’écharpe tricolore, affolé face à cet évènement qui le dépasse

- Le chasseur, blagueur invétéré, le feutre sur l’oreille et la gibecière, portant un fusil

 

Depuis, la crèche s’est enrichie de bien d’autres personnages parmi lesquels : Raimu, Fernandel, Bourvil…

La crèche est donc devenue au fil des siècles le reflet de la société.

Joyeux Noël à tous

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

David38 22/12/2015 18:28

Merci cher Jocelyn de cette évocation de la crèche provençale à travers les âges, modèle de toutes les autres!

Annie CLERC-Lilamand 17/12/2015 11:39

Très bien dépeinte, ta crèche, et tu as su la faire vivre avec le fameux "ravi", celui touché par "li fado", les fées, celui qui arrive à voir les bonnes choses de la vie, et qui en tire le meilleur, pour le faire partager.
Dans cet enthousiasme, j'ajouterai que les Provençaux mettent ces personnages en scène chaque année avec les PASTORALES, qu'elles soient de Riboun, ou de Maurel, ou de tant d'autres, dont un contemporain, Pierre Vouland qui a écrit "la Pastouralo dis enfant de Prouvènço", avec le musicien et chanteur Guy Bonnet. Une merveille de réalisme avec ces enfants qui apportent chacun leur jouet préféré à l'enfant, avec cette transposition humoristique et décalée d'objets actuels tels que des patins, un train électrique, un Mécano, et qui ne manquent pas de se moquer des adultes qui ont offert eux, une poule, du poisson etc, si peu adaptés à un nouveau-né!
C'est notre belle Provence sa chaleur et son humour!

REGARDS SUR ISTRES ET ENTRESSEN 17/12/2015 11:43

Merci Annie pour ce complément d'informations notamment sur la Pastorale, spectacle vivant qui sent bon les traditions provençales !!!! Jocelyn

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents