Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

REGARDS SUR ISTRES ET ENTRESSEN

REGARDS SUR ISTRES ET ENTRESSEN

Vie de la Cité, patrimoine d'ISTRES et ENTRESSEN


Notre-Dame de Beauvoir, véritable Bonne Mère des Istréens !

Publié par REGARDS SUR ISTRES ET ENTRESSEN sur 6 Avril 2015, 08:41am

Eglise Notre-Dame de Beauvoir

Eglise Notre-Dame de Beauvoir

Certains ont voulu nous faire croire par ces temps d’élection que les Istréens étaient placés sous la protection de Sainte-Nicole…

Au-delà du fait que l’on ne doit pas mélanger politique et religion, ces derniers avaient simplement oublié, que la Ville était placée depuis des siècles sous le Patronage de Saint-Etienne, premier de tous les martyrs chrétiens et sous la protection de la Vierge Marie comme en atteste la statue qui trône en majesté au-dessus de l’église Notre-Dame de Beauvoir.

Retour en ce lundi de Pâques sur l’église Notre-Dame de Beauvoir, monument phare d’Istres…

Eglise fortifiée de style roman-provençal…ancienne église du château ?

L’église Notre Dame de Beauvoir est certainement l’édifice qui par son aspect massif (contreforts en façade) se remarque de loin. Appelée encore «Belveyre» ou «Beauvezer» (bien voir), on l’a dit « plus à la portée des anges que des hommes ».

De style roman-provençal, on pense que cette église se situe à l’emplacement de l’ancien château féodal signalé par la charte de l’abbaye de Montmajour datée de 966 où l’on mentionne le « Castrum d’Ystro ». On sait par exemple que le mur nord de l’église correspondrait à l’ancienne enceinte du château. Les deux tours en façade, le pigeonnier côté sud et les contreforts lui donnent un aspect fortifié.

Ses dimensions moyennes : 32 m de long, 21 m de large et 11 m de haut.

La tour située à gauche est surmontée d’un clocheton, utilisé à l’époque par la chapelle des Pénitents Blancs, chapelle qui était contiguë à l’église et qui fut rasée en 1946.

Elle possède une nef asymétrique qui comporte un seul collatéral au sud et 2 collatéraux au nord. Les murs sont épais, les fenêtres petites et obturées dans le mur orienté au nord. Le portail est constitué d’un arc surbaissé et d’une rosace obturée.

« Ils m’ont établie gardienne de leur cité ».

inscription gravée sur le socle de la statue de la Vierge

Sur le côté sud se trouve un pigeonnier toujours en place et en bon état apparent. Il est situé entre l’église et la maison curiale et provient probablement de l’ancien château seigneurial.

Cette église ne présente pas d’unité architecturale homogène ce qui a souvent gêné pour son classement dans un style architectural précis.

L’origine de cette église paroissiale est assez obscure. Certaines parties semblent dater du XVIII° s. Certains pensent qu’elle aurait été la chapelle du château féodal. Quoiqu’il en soit, elle a connu de nombreuses vicissitudes.

Une histoire mouvementée

L’absence d’unité de style s’explique aisément par les remaniements architecturaux nombreux et son histoire bouleversante.

On sait à ce titre que la nef s’effondra le 12 mars 1708 et fut reconstruite en 1720.

De 1777 à 1779, l’église fut agrandie avec la construction d’un second collatéral à gauche, d’où un plan asymétrique.

Le clocher lui aussi a connu de nombreuses péripéties. En effet, ce dernier frappé par la foudre s’écroula sur l’autel le 8 décembre 1788 (car à l’époque, il se trouvait selon la tradition romane au-dessus du chœur à la croisée de la nef et du transept). Dans la nuit du 15 au 16 mars 1831, il s’effondra pour la deuxième fois et à nouveau le 28 octobre 1835. Le 3 novembre 1837, le clocher fut reconstruit à l’extérieur du bâtiment pour plus de sécurité. L’église fut rendue solennellement au culte le 4 mars 1838.

Statue polychrome de Saint-Etienne

Statue polychrome de Saint-Etienne

Saint Etienne, notre Saint-Patron

On ne peut évoquer Notre Dame de Beauvoir sans parler de St Etienne notre St Patron, diacre, premier martyr du Christianisme qui fut lapidé en l’an 36 après J-C sous les murs du Sarlédrin à Jérusalem (voir autel consacré à Saint-Etienne). Les fêtes votives de St Etienne sont célébrées au début du mois d'août, mais la véritable fête de St Etienne est le 26 décembre. Le 2 août correspond à la translation de ses reliques d’Orient en Occident (fêtes votives à Istres). Un tableau de sa lapidation, une statue polychrome ainsi qu'un autel en marbre se trouvent au fond du collatéral nord. Ces éléments constituent les « ex-voto » offerts au Saint en 1720 en échange de sa protection lors de la Peste Noire.

Eléments internes de l’édifice

- Les Fonts Baptismaux (à droite en rentrant) XII° siècle d'origine inconnue. Au-dessus des fonts, la coquille St Jacques symbole de vie et de résurrection ;

- Le « Christ en Croix » (XVI° et XVII° siècle) dans le sanctuaire ;

- Les orgues (buffet en noyer) évoquant ceux d'Isnard (XVIII° siècle) qui furent installés dans cette église en 1843 ;

- Le bénitier armorié du XV° siècle ;

- L'autel en pierre de Rognes (XX°) qui fut consacré en 1966 ;

- La statuaire : Ste Thérèse de Lisieux, Ste Anne, Vierge à l'Enfant du XVII° siècle (au fond du collatéral nord), Vierge à l'Enfant (dans le sanctuaire), St Pierre (XVII° siècle, gauche du choeur), statue d'un St Evêque inconnu (XVII° siècle, droite du chœur), St Jean (collatéral sud) ;

- Nombreux tableaux datant de l'époque baroque : tableau de la Pentecôte, la lapidation de St Etienne.

Il manque un magnifique tableau du XVIII° siècle « Le Christ dépouillé de ses vêtements » qui fut dérobé en 1995. Malgré les recherches, il n’a jamais été retrouvé.

L’église Notre Dame de Beauvoir n’a certainement pas livré tous ses secrets, certains détails architecturaux comme les arcs de plein cintre inachevés près du chœur ou bien encore la dissymétrie (double collatéral) laissent toujours perplexes les visiteurs mêmes les plus avertis…

Jocelyn PLANELLES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sylvie montineau 10/04/2015 10:22

Merci à Jocelyn, notre historien local, de nous rappeler les origines et nous expliquer l'historique de Notre Dame de Beauvoir. Nous savons tous que culture et religion sont liées et sont, qu'on le veuille ou non, notre histoire profonde. Oui, nous avons notre Bonne Mère à nous et c'est vrai qu'elle porte bien son nom, car, de là-haut, la vue est belle (belvédère : belle vue). Mais qu'aurions nous à lui demander? Tellement de choses ... ou si peu, si l'on considère que nous avons notre libre arbitre et que nous sommes individuellement responsables de ce que nous faisons, de ce que nous sommes. En somme, demandons lui le courage de garder les yeux bien ouverts, sur le monde et sur nous-même. Sur ce, bon week-end. Et de temps en temps, levons les yeux pour apercevoir notre Bonne Mère, on la voit de loin et de toutes les directions et c'est très beau.

faure bernard 06/04/2015 11:44

Félicitations pour ce bel article pédagogique qui débute par un zeste d'humour.Avec la période pascale on peut sourire un peu.Votre témoignage démontre votre sincère attachement à votre ville...
Continuez à nourrir votre blog sur lequel souffle un vivifiant air de LIBERTE!
Bonnes fêtes pascales Bernard FAURE

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents