Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

REGARDS SUR ISTRES ET ENTRESSEN

REGARDS SUR ISTRES ET ENTRESSEN

Vie de la Cité, patrimoine d'ISTRES et ENTRESSEN


Etangs de Lavalduc et d’Engrenier, bienvenue dans l’enfer du sel !

Publié par REGARDS SUR ISTRES ET ENTRESSEN sur 20 Septembre 2014, 05:44am

A l’occasion des Journées du Patrimoine du 20 et 21 septembre, mettons à honneur deux joyaux de notre patrimoine naturel local : les étangs de Lavalduc et d’Engrenier dont les écosystèmes sont mis à mal par les rejets excessifs de saumures.

Couleur rouge… l’explication

Situés à cheval sur les communes d’Istres, Fos et St Mitre, les étangs de Lavalduc (354 ha) et d’Engrenier (120 ha) interpellent toujours par leur coloration rouge.

Cette coloration est due en fait à la présence massive dans ces étangs, de petits crustacés appelés « Artémia salina » qui se développent dans les milieux à haute teneur en sel et colorent l’eau d’un « bleu rose irisé » pour être précis.

Nos deux étangs renferment en effet, pas moins de 3 millions de m3 de sel soit une concentration en sel spectaculaire de 360 gr de sel par litre (contre 35 gr/l pour la mer).

Même la Mer Morte n’est pas autant chargée en sel (265 g de sel/l), du jamais vu et pour cause...

Injection de saumures en provenance de Manosque

Ces étangs sont régulièrement alimentés par des injections de saumures en provenance de Manosque où est exploitée une mine de sel gemme par la société Géosel, consortium de pétroliers comprenant entre autre Inéos (ex BP), CFR (Total la Mède), Esso (Exxon Mobil), SPSE (Pipeline Sud Européen).

Ces saumures sont dévolues à un usage chimique et sont impropres à la consommation humaine.

Petite explication sur l’extraction du sel et son injection dans les étangs : pour creuser les cavités à Manosque, Géosel injecte de l'eau qui dissout le sel. Les saumures sont ensuite pompées et rejetées via un saumoduc dans nos deux étangs. En lieu et place des saumures extraites, Géosel entrepose des hydrocarbures dans les cavités au titre de la gestion de leurs stocks. Inversement, lorsque les hydrocarbures sont extraits des cavités, les saumures sont pompées de nouveau dans nos étangs et réinjectées dans la mine de Manosque. Ces étangs saturés en sel servent en définitive de bassins de compensation.

Si la saumure est réputée ne pas être soluble dans les hydrocarbures, pour autant restons prudents au regard des risques de pollution de l’eau. Pour mémoire, le 12 mars 2007 un problème d'étanchéité sur une tête de puits avait conduit à l'envoi de fioul sur une cuvette de rétention, ce qui avait provoqué l'envoi d'hydrocarbures dans la saumure de lessivage des étangs d'Engrenier et de Lavalduc.

Biodiversité en danger

Les flamants roses qui jadis restaient des heures immobilisés sur le plan d’Aren côté Lavalduc se font plutôt rares. Il en est de même pour d’autres oiseaux que nous retrouvons habituellement sur les étangs voisins (aigrette, héron…).

Il est certain que ces rejets intempestifs de saumures dans ces milieux aquatiques perturbent fortement la faune et la flore.

Si l’arrêt de l’activité semble quasiment impossible compte tenu des enjeux économiques liés et des emplois induits, il conviendrait toutefois de fixer des limites à ces rejets pour contenir cette catastrophe écologique.

A ce niveau, rien de trop rassurant puisqu’un projet d’extension de la mine de sel de Manosque est dans les tuyaux, ce qui laisse présager de nouveaux afflux de saumures dans un proche avenir.

Découverte possible à pieds ou en train

Si vous souhaitez découvrir de plus près ces étangs, empruntez donc les sentiers de promenades accessibles à partir du parking de Saint Blaise ou prenez le train de la Côte Bleue et longez les rives Est, spectacle garanti !

«Etang Nouveau » et « Ligue de Protection des Oiseaux » pour en savoir plus

Pour plus d’informations sur ces milieux, rendez-vous sur les sites Internet de l’« Etang Nouveau » et de la « Ligue de Protection des Oiseaux » , qui font un travail formidable et qui vous éclaireront si besoin sur ces problématiques environnementales (liens d’accès à leur site au bas de l’article).

 

Bonnes journées du Patrimoine

 

Jocelyn PLANELLES

 

 

Concentration de sel sur Lavalduc

Concentration de sel sur Lavalduc

Commenter cet article

Quentin 03/09/2016 20:20

Bonjour,
Apres quelques recherches, il semblerait que la couleur rose de l'etang soit due a une algue: la dunaliella salina. Les petits crustaces artemia salina se nourrissent de ces algues, mais ils n'ont pas une couleur rouge.
Merci pour l'article, c'est un des seuls qui parle de cet etang insolite!

Cazeel pierre 20/09/2014 11:17

Il serait bienvenu de la part de Ségolène Royal notre nouvelle ministre de l'environnement qu'elle prenne la décision d'interdire le rejet de cette saumure de géosel dans nos étangs. Cette pollution doit être arrêtée car elle altère l'écosystème de notre territoire.
S.Royal se mets aujourd'hui en travers le chemin des prétentions de l'industriel Altéo qui rejette depuis des décennies des boues rouges en méditerranée.
Aura t-elle le cran de faire de même contre Géosel à Manosque ?

Pascal Bazile 20/09/2014 10:01

Merci Jocelyn pour cet article,
Mais tu surestimes l'association L'Etang Nouveau (dont je suis le secrétaire et connais bien la plupart des adhérents actifs) pour en apprendre plus à tes lecteurs! Personnellement je ne connaissais que 50% des informations contenues dans ton article.
Par contre je peux conseiller à tes lecteurs que le sujet intéresse de lire les livres de Rémi Balsano, historien (amateur) et istréen qui a écrit plusieurs livres sur le sujet. Personnellement j'ai lu "Rassuen ou la mémoire des étangs" qui était très bien.
Pour Lavalduc on y apprend que c'était un étang qui pouvait totalement s'assécher certains étés, il y avait des salins et une usine de soude. Mais à partir du XIXème siècle, le développement de l'irrigation et de la "Crau verte" a créé la nappe de Crau et une source d'eau douce importante est apparue, qui a mis un terme aux salins. Cette source porte de joli nom de Fanfarigoule. C'est dans les années 60 que le complexe Geosel-Fos a été mis en place. A cette occasion l'étang a été asséché pour repérer toutes les arrivées d'eau douce et Fanfarigoule a été canalisée. Il y avait au fond de Lavalduc une épave "flying fortress" que les américains sont venus récupérer.
Pour le reste, ce que je savais correspond à ce que tu écris, mais comme je l'ai écrit tu connais la situation actuelle de Lavalduc et de L'Engrenier mieux que moi!!

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents